La gestion de l'argent à l’étranger

Gérer son argent lorsqu’on est à l’étranger (hors Zone Euro) est souvent un sujet de préoccupation que l’on rencontre dans les forums de voyageurs ou d’expat. Avec bien entendu, son lot de réponses inappropriées ou erronées de la part de personnes souvent de bonne foi mais avec peu de connaissances du sujet. Pour avoir été à la fois, banquier (pendant près de 20 ans), voyageur au long cours et expatrié, j’ai la prétention de pouvoir apporter quelques conseils sur ce sujet.

Nous allons aborder la question sous différents angles car les attentes ne sont pas les mêmes selon que l’on soit voyageur temporairement à l’étranger, expatrié pour le long terme, avec des petits budgets ou encore des sommes importantes à gérer.

COMMENT LIRE UN COURS DE CHANGE:

Tout d’abord, il est important que vous sachiez lire un cours de change. Prenons l’exemple du Dollar Australien, le cours entre banques (ex fixing qui était la référence officielle) est de 1,4310, c’est a dire 1€ vaut $1,4310. C’est du moins comme ça que vous le lirez en France mais en Australie, la cotation sera l’inverse et pour pouvoir comparer, il vous faut donc diviser 1 par leur leur cours (0,6988€) soit miracle, 1,4310! (c’est juste un exemple et non pas le cours de change officiel lorsque vous lirez ce post)

COMPARER LES COURS, PAS SEULEMENT LES FRAIS:

Toute comparaison entre les différents moyens de change reposent sur les cours. Souvent les personnes bloquent sur les commissions fixes alors que les organismes se rémunèrent en fait sur les marges prises sur les cours de change. Quand vous lisez à l’étranger sur les vitrines des officines de change “no fee” ou pas de frais, ne vous précipitez pas et regardez le cours. C’est vite fait de comparer maintenant, chacun de nous a une calculette sur son portable et vous devez juste vous rappeler le cours de change officiel avant de procéder à une transaction.
Normalement vous verrez aussi des cours “buy” (acheter) ou “sell”(vendre) aussi sachez que ces expressions sont utilisées par le professionnel et c’est c’est lui qui vend ou achètes, pas vous. Si vous voulez échanger vos euros contre du dollar australien, le professionnel vous achètera vos euros et donc c’est sur le cours “buy” qu’il vous faudra faire vos calculs et comparaisons.

VOYAGEURS DE COURTE DUREE:

Je vois souvent les gens se poser la question de savoir s’il est préférable d’emmener des devises locales (du pays de destination)

Le problème maintenant c’est que les agences bancaires ne détiennent pratiquement plus de devises et lorsqu’elles en ont en stock, c’est généralement les principales devises: USD (USA), GBP (Grande Bretagne), CAD (Canada), AUD (Australie), JPY (Yen)
Il faut donc le plus souvent les commander quand c’est possible. Quant aux autres devises, c’est pratiquement impossible d’en retirer. D’autre part, certains pays n’autorisent pas la délivrance de leur monnaie à l’extérieur de leurs frontières. Enfin le cours pratiqué est bien au dessus du cours officiel et même s’il n’y pas de commission, les banques ou officines de change se rémunèrent avec la marge sur le cours. En général, la marge est au minimum de 4% mais cela peut aller bien au delà…

Vous pouvez aussi prendre l’option de partir avec des euros dans votre poche mais si l’on met de coté, le gros problème de sécurité que cela pose (en outre vous êtes tenus de déclarer vos devises à la douane au delà d’une certaine limite), il vous faudra donc les échanger arrivés sur place et de nouveau, les banques ou les officines de change vous appliqueront un cours désavantageux puisque ces organismes se paient sur la marge du cours qu’elles pratiquent.

NOTRE CONSEIL:

Utiliser votre carte bancaire. Vous avez des frais? Oui bien sûr mais si vous échangez des espèces, vous payez aussi mais sous la forme plus sournoise de marges sur les cours comme nous l’avons abordé plus haut dans ce texte. Les frais sont en principe inférieurs à 3% (2,75 pour notre banque) sur le montant et pour les retraits aux distributeurs se rajoute une commission fixe de 3,65€. Votre banque affiche normalement ses conditions en la matière sur leur site ou sinon posez la question à votre conseiller habituel en agence.

Alors évidemment, il ne faut pas retirer des petits montant mais en comparaison du change d’espèces, vous économisez en moyenne 3% du montant de votre transaction. Si vous échangez ne serait ce que 10.000€ cela représente quand même 300€ ! En outre, votre argent est disponible en toute sécurité, vous n’avez pas à vous soucier de trouver une officine de change et de faire la queue à votre arrivée dans l’aéroport (représentant ainsi une cible potentielle pour les malfaisants) car généralement des distributeurs de billets sont à votre disposition dans le hall des arrivées.

EXPATRIATION:

Pour vos premiers pas à l’étranger et faire face à votre quotidien des premiers jours, bien évidemment, ce sont les conseils ci dessus qui s’appliquent.

Ensuite si vous avez l’intention de vous bancariser sur place et que vous ayez des sommes à transférer vers l’étranger, nous vous conseillons aussi de procéder par virement international (les pays anglo-saxons parlent de Telegraphic Transfer ou TT)

En terme de virement, une fois de plus, ne focalisez pas sur les frais mais sur les cours de change. Une comparaison de couts pour une transaction internationale doit comprendre tous les paramètres et donc le cours + les frais. Par contre, le problème est que les banques françaises ne vous annoncent jamais le cours mais par expérience, la marge est de 1% sur le cours officiel. Les frais cependant apparaissent sur leurs conditions normalement téléchargeables sur leurs sites, notre banque prend par exemple 0,10% avec un minimum et un maximum.

L’inconvénient est que vous ne contrôlez pas du tout le cours auquel sera effectué votre transaction or parfois, les marchés sont en folie (on l’a vu en 2008 ou plus récemment avec la crise de l’Euro) et vous pouvez perdre facilement 10% de votre argent si vous tombez en plein milieu d’une telle période. Aussi je recommande d’ouvrir à l’étranger un compte en Euro (normalement les principales banques proposent ce service) et de faire ensuite la transaction sur place, à tête reposée si je puis me permettre, lorsque le cours vous semble avantageux. Certaines banques offrent même sur des montants importants une négociation cas par cas du cours

J’ai essayé d’être le plus exhaustif possible mais n’hésitez pas à me poser vos questions mais surtout la leçon à retenir: ne vous butez pas sur les frais uniquement mais sur les cours! C’est sur les cours que se fait la différence de cout pas sur les frais.