Assurer sa grossesse à l’étranger

Nous sommes souvent interrogées pour couvrir la grossesse lorsque les personnes concernées sont à l’étranger mais c’est souvent trop tard car les grossesses sont déjà en cours. Or assurer une maternité déjà commencée n’est pas différent d’assurer une maladie ou un accident s’étant déjà déclarés, c’est trop tard. Essayez pour voir, d’avoir un accident avec votre voiture en étant non-assuré et ensuite aller rencontrer votre assureur pour voir s’il va vous couvrir ensuite. Vous devinez la réponse? Et bien la maternité c’est pareil.

Souvent aussi, nous sommes carrément agressés au téléphone par les personnes en question qui ne comprennent pas pourquoi nous ne pouvons pas assurer leur condition, je veux parler bien sur des personnes de nationalité française.

Pourquoi les français et pas les autres? Comme je l’ai écrit sur d’autres posts, le système de sécurité sociale français est ainsi fait que tout semble gratuit et pris en charge en totalité (ce qui n’est pas vrai: pour plus de détails je vous invite à lire ou relire ce post>>) et déresponsabilise nos compatriotes.

Cependant assurer la maternité est, et pas seulement en France mais dans la plupart des pays développés, un choix de politique familiale et sociale effectué par les gouvernements. La raison pour laquelle, la maternité est souvent couverte par les systèmes de santé publique nationaux. Or quand vous vous trouvez à l’étranger, vous n’êtes plus du ressort de cette politique interne.

Une assurance privée n’est pas un organisme d’Etat qui s’équilibre (ou pas…) grâce aux impôts ou cotisations obligatoires. Aucune compagnie ne vous assurera une grossesse qui va lui couter inévitablement plusieurs milliers d’euros pour une cotisation de quelques centaines d’euros sinon c’est la faillite assurée à court terme.

Bien, vous allez me dire maintenant: “c’est bien beau tout ça mais on fait quoi?”

Très simple: si vous êtes déjà enceinte et ne pouvez prétendre à une couverture par le système social de votre pays d’accueil, 2 solutions:

1) payer de votre poche tous les soins en rapport avec votre grossesse et l’accouchement.
2) retourner en France après avoir vérifié auprès de votre ancienne Caisse Primaire d’Assurance Maladie que vos droits sont encore ouverts (maximum de 3 ans)

Si vous ne l’êtes pas encore, rapidement souscrire une assurance médicale couvrant ce risque (éventuellement adhérer à la CFE), sachant que la plupart des compagnies prévoit un délai de carence de 10 mois.